7.5.03

web web web 2
:: eboy is cool ! ::
Autre découverte qui me vient à l'esprit : eboy. Un groupe de créatifs qui font du pixel art. J'ai eu plusieurs périodes (un peu en 1999, et pas mal en 2001) où j'ai beaucoup regardé, et un peu expérimenté, ce principe de création à partir du pixel. Je trouve qu'on arrive à faire des choses très poétiques. Eboy est, je pense, la référence en la matière. Leur inspiration à partir de l'architecture et d'éléments de la société de consommation est très chouette. J'aime particulièrement leurs ecity.
Dans ce domaine, voir également flipflopflyin, le site de Craig Robinson, plein de poésie autour de la vie. J'avais adoré sa webcam avec vue sur la cuisine, reconstituée en pixel art, avec commentaires sur l'évolution du stock de moutarde et de ketchup... Evidemment, il faut aller voir ses minipops et la rubrique Fun Fun Fun, qui illustre des situations poétiques de la vie courante en pixel art. Je ne saurais dire ce qu'il y a de si particulier sur ce site, mais l'esprit simple, poétique et parfois un peu absurde me plait beaucoup. J'y reviens souvent.
web web web
Autre élément à faire partager dans ce blog : mes découvertes webesques. Comme j'ai pas mal d'années de retard, je vais revenir en arrière, pour vous faire découvrir des expériences intéressantes.
La première à laquelle je pense est le Visual Thesaurus de Plumbdesign. Le Visual Thesaurus a été créé il y a pas mal de temps, je pense que c'était en 1998. L'idée est de proposer une "exploration of sense relationships within the English language". En fait, ça ne sert à rien, il faut prendre ça un peu comme une visite de musée sensoriel. Chaque clic sur un mot ouvre des liens d'associations, et ainsi de suite, dans un univers mouvant, malléable, sensuel même, en 3D. L'outil retrace l'historique de la visite. C'est peut-être une manière de surfer sur son inconscient. Ce matin, j'ai réessayé (la version 'classic' est encore en ligne). Ca a donné ça : experience . undergo . endure . withstand . stand firm . fight down . struggle . scramble . beat ... On voit que je suis ce matin un peu dans une idée de lutte, et que je suis attiré par les verbes (envie d'action ?). Où bien est-ce le fruit du hasard ?

6.5.03

Iraq again and again
Alors que les débats s'éloignent volontiers de l'étranger pour revenir à nos querelles classiques (le voile, l'éducation qui fait grève, les retraites ?), j'ai encore un pied ou un bout de mon esprit dans cette affaire d'Irak. Un article intéressant à ce propos de Chantal Delsol, dans Le Figaro. Je ne partage pas tellement en général les points de vue, plus conservateurs et "républicains " (vs démocrate) que moi, de la femme de Charles Millon, même si je reconnais sa grande intelligence. Là, je dois dire qu'elle touche un sujet qui m'avait également rendu perplexe. Et qu'elle en fait une analyse très juste.

Il s'agit de la dichotomie de traitement par l'opinion, les média et nos pouvoirs des affaires de l'Irak et du Kosovo. Deux poids deux mesures pour, du point de vue du droit, deux situations très proches. Sa thèse : si on a utilisé les mêmes arguments, en sens inverse, dans le cadre de l'Irak (condamnation du droit d'iingérence là où on proclamait son droit, nécessité de l'ONU là où on disait que ça serait trop lent et inefficace...), c'est à cause de notre complexe d'infériorité vis à vis des Etats-Unis, et du sentiment que l'initiative venait de nous au Kosovo, que l'affaire y était européenne, alors que suivre les USA en Irak aurait fait de nous des valets. Je cite : "En France, la guerre d'Irak a été moins une question de politique qu'une question existentielle. [...] Plutôt que de servir ses idéaux derrière l'Amérique, la France a préféré les laisser au placard pour afficher sa différence."
Enfin, elle point la dure réalité de notre politique étrangère : "Preuve que, pour nous, le souci international, ce n'est plus le terrorisme ou les Etats-tyrans, mais la hauteur de notre voix.".
Je vous invite vraiment à lire cet article. Brillant, juste.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?